logo SLA Assurances

Assureur de Châteaux et belles demeures

« Nous assurons chaque bien sur mesure »

Filiale du courtier en assurances Verspieren, la société SLA se démarque dans l’assurance de châteaux, monuments historiques, chambres d’hôtes et belles demeures… Une expertise unique développée par son président Dominique de la Fouchardière.

Dominique de la Fouchardière AssureurExiste-t-il une assurance spéciale châteaux?

La France est le pays des mille châteaux mais il n’existe pas de formule spécifique d’assurance. Chaque demeure, monument historique ou non, est unique et exige une parfaite connaissance du patrimoine. Un château du XVI° siècle n’a pas la même valeur qu’une belle demeure du XVIII°, qui compte de nombreuses boiseries et cheminées. Les compagnies d’assurances traditionnelles rechignent souvent à assurer ces monuments car, en cas de sinistres, les montants à rembourser sont très rapidement très élevés.

Comment travaillez-vous?

Nous mettons en concurrence les compagnies d’assurances, françaises et étrangères, pour apporter une solution sur mesure tout en optimisant les garanties financières. En règle générale, nous obtenons de 20 à 30 % d’économies sur le budget d’assurance moyen des propriétaires. Avant d’établir un devis, un de nos experts évalue sur place la meilleure couverture d’assurance propre à chaque demeure. Notre métier passe aussi par l’inventaire des objets d’art, avec le descriptif de chaque œuvre et son estimation en fonction des cotes publiques et des ventes aux enchères. Nous couvrons également les activités commerciales de certaines propriétés, notamment hôtelières ou de location pour réceptions.

Votre mission passe-t-elle par la prévention des sinistres?

Assurément. Nous apportons notre expertise dans l’entretien des bâtiments, tuyaux d’arrivée d’eau, installations électriques… Nous aidons à améliorer la prévention et l’entretien du patrimoine culturel français. Sans les assureurs, de nombreux monuments seraient en ruine.

INTERVIEW JOURS DE CHASSE /N°49 BELLES DEMEURES UNE PASSION FRANÇAISE

Propos recueillis par Marie de Greef-Madelin